Une trentaine d’élus interpellent le gouvernement pour la relance du train de nuit Paris/Saint-Gervais


Une trentaine de maires de la vallée de Chamonix, emmenés par le député
Xavier Roseren, ont signé une lettre ouverte à destination du ministre des
Transports pour demander la remise en service du train de nuit entre Paris
et Saint-Gervais-les-Bains.

C’est une première action commune. Et ils veulent y croire. Presque tous
les maires (31 sur 32) de la 6e circonscription de Haute-Savoie ont signé
une lettre ouverte adressée à Patrice Vergriete, le nouveau ministre des
Transports, dans laquelle ils demandent la relance du train de nuit entre
Paris et Saint-Gervais-les-Bains, en Haute-Savoie.

Une lettre écrite par le député (UDI) de la 6e circonscription, Xavier
Roseren. « Ce courrier, cosigné par la quasi-totalité des maires de notre
territoire, permet de nous exprimer d’une seule voix dans le but de nous
faire entendre par le gouvernement. Il s’inscrit dans la continuité de
notre engagement commun en faveur de la transition écologique de notre
économie touristique », explique-t-il dans ce courrier.

Parmi les signataires, le maire de Saint-Gervais-les-Bains, Jean-Marc
Peillex : « Ce n’est pas un caprice, une envie, c’est juste logique. La
Haute-Savoie est le parent pauvre de la SNCF. Les TGV arrivent en Savoie
mais chez nous, ils viennent seulement les week-ends d’hiver. Aujourd’hui,
nous sommes sur des modes de séjour qui ont changé, la clientèle recherche
des séjours courts. Là, il s’agit de ne pas perdre une journée de voyage si
on ne vient skier que trois jours. »

Le député Xavier Roseren rappelle, dans sa lettre, l’ambition annoncée par
l’Etat d’ouvrir une dizaine de lignes de trains de nuit d’ici 2030, alors
que quatre seulement ont été rouvertes depuis 2021. « Le bilan des lignes
rétablies est très favorable, avec une fréquentation élevée : à l’été 2023,
215 000 voyageurs sont montés à bord d’un train de nuit, en hausse de 15 %
par rapport à l’été précédent », peut-on lire.

Pour l’instant, aucune annonce n’a été faite concernant la ligne de nuit
Paris/Saint-Gervais-les-Bains. Elle avait été supprimée en 2016, car jugée
déficitaire par le gouvernement en place. Depuis, les élus locaux se
battent pour la réouverture de cette ligne.

Parmi eux, Eric Fournier, le maire de Chamonix, également signataire de la
lettre. « Cela fait des années que l’on se bat pour la réouverture de cette
ligne. C’est une ligne indispensable pour le tourisme, les relations
existantes avec Paris, et le monde du décolletage aussi, parce qu’il n’y a
pas que le tourisme. On réfléchit à toutes les possibilités que l’on peut
trouver autour de cette ligne. On a du mal à comprendre pourquoi nous ne
sommes pas dans la liste des priorités. Et avec la signature de ce
courrier, je ne désespère pas », assure l’édile.

Il met en avant l’enjeu écologique important autour de cette ligne, alors
que les Alpes du Nord sont une destination phare des touristes français,
été comme hiver : « C’est essentiel, c’est dans l’air du temps, dans la
manière de concevoir le tourisme de demain. L’empreinte carbone dans la
vallée de Chamonix due à la venue des touristes en voiture est très
importante, alors pour nous, il est crucial de relancer cette ligne. »

Un argument largement mis en avant par Xavier Roseren dans la lettre : « Nos
communes de montagne s’investissent activement dans la réduction de leur
empreinte carbone. Elles financent notamment des transports en commun
gratuits pour limiter l’utilisation des voitures individuelles. Cependant,
l’efficacité de ces initiatives dépend en grande partie de la manière dont
nous acheminons les vacanciers vers leur destination. »

Les signataires espèrent que cette ligne pourra être remise en service
toute l’année, et pas seulement en période hivernale. Aujourd’hui en
France, il existe huit lignes de trains de nuit qui relient principalement
Paris au sud de la France. En 1980, près de 550 gares étaient desservies
par des trains de nuit dans le pays.

Source : France 3

Catégories :

Aucune réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *