Trenitalia veut créer deux trains touristiques dans la Roya et entre Milan, la Côte d’Azur et Marseille


Il y a quelques jours, Trenitalia France a annoncé vouloir créer deux
liaisons ferroviaires à destination touristique entre la Côte d’Azur et la
Ligurie. Une qui longerait la côte et une qui emprunterait la ligne des
Merveilles, dans la vallée de la Roya.

C’est une annonce qui est passée un peu sous les radars médiatiques…
Mardi 6 février, lors d’une conférence organisée par la Chambre de commerce
italienne de Nice, la société Trenitalia a indiqué qu’elle souhaitait
mettre en service deux lignes ferroviaires touristiques entre la Côte
d’Azur et l’Italie.

Grâce à une nouvelle société, « Treni turistici italiani », les Italiens
espèrent désormais relancer une liaison ferroviaire entre Milan et Nice,
voire même plus loin, à vocation touristique. « Le projet se focalise, dès
que cela sera techniquement possible », détaille Luigi Cantamessa, le
directeur général de FS Treni turistici intaliani, « sur la réouverture de
la liaison entre Milan et la Côte d’Azur, peut-être même en atteignant
Marseille ou, qui sait un jour, Avignon. »

Mi-janvier, Luigi Cantamessa avait déjà fait cette annonce, précisant alors
qu’il s’agirait d’un train de nuit dès le mois de mai prochain, indique le
média bilingue Nos Alpes.

Un train de nuit qui ne semble plus être d’actualité, tout comme la mise en
service en mai. Contacté par France 3 Côte d’Azur, Luigi Cantamessa nous a
transmis ces précisions, qui ont été auparavant validées à plusieurs
reprises en interne :

Nous ne serons pas sur une ligne à grande vitesse mais bien une ligne
intercités. Cette offre devrait être mise en service probablement pour
l’été 2024 avec un aller-retour Milan-Marseille par jour. Concernant la
tarification, elle est cours d’élaboration.

L’entreprise italienne indique qu’il ne s’agira pas d’un train
Frecciarossa, mais « d’un matériel roulant conventionnel portant la marque
FS Treni Turistici Italiani ».

Cette ligne touristique sera ouverte « en collaboration avec la SNCF »,
poursuit Luigi Cantamessa. « Nous sommes convaincus que, compte tenu de la
situation du trafic, en particulier dans la région de la Ligurie, et de la
sensibilité croissante à l’égard de l’environnement, les conditions du
marché sont aujourd’hui réunies pour exploiter une liaison saisonnière
journalière axée sur les besoins du tourisme. »

Nice, Monaco… Quelles seront les villes desservies et quelle sera la
durée du trajet ? « Il est encore trop tôt pour répondre dans les détails »,
poursuit le directeur général de FS Treni Turistici Italiani.

Dans la vidéo ci-dessus, Luigi Cantamessa évoque cependant « une courte
escale à Vintimille dans laquelle la locomotive française emmènera avec
elle, ainsi que le personnel français, les wagons venant d’Italie ».

Ce projet ferroviaire n’est pas sans rappeler quelques souvenirs à Laurence
Sarfati, du c <www.facebook.com/LaCuneoNizzaUnisce>omité
franco-italien de défense de la ligne Cuneo-Nice : entre 2014 et 2021,
Thello, l’ancien nom de Trenitalia France, reliait Marseille et Milan en un
peu plus de 7 heures.

« Le problème, c’était la rentabilité », se souvient Laurence Sarfati. « Il
n’est pas possible de faire circuler autant de trains que l’on veut car il
n’y a qu’une seule voie sur la Côte d’Azur. »

« Cette ligne a été arrêtée au lendemain de la crise Covid », indique Luigi
Cantamessa, « pour des raisons d’abord industrielles : saturation du réseau
ferré sur cet axe et manque d’harmonisation des réseaux européens,
obligeant le changement de locomotive au passage de la frontière entre la
France et l’Italie. »

Trenitalia réussira-t-elle à relancer une ligne entre la Côte d’Azur et
Milan ? « Si ça a lieu, c’est une bonne nouvelle ! On est sur un axe
international et européen sous-exploité au niveau ferroviaire. Et
l’autoroute est très chère », pointe Laurence Sarfati.

Sur les rails frontaliers, Trenitalia a également un autre projet :
développer l’équivalent du train des Merveilles maralpins entre Turin et
Nice/Vintimille, en passant par Breil-sur-Roya. Il s’agira de faire
circuler, « à partir de 2025 », des « wagons entièrement vitrés, panoramiques,
semblables à ceux de la Ferrovia del Bernina », poursuit Luigi Cantamessa
dans son message vidéo.

« Tout ce qui peut mettre en relief le caractère unique et exceptionnelle de
cette ligne, c’est bien ! », se réjouit Laurence Sarfati.

Ce renforcement du tourisme transfrontalier trouve écho dans une volonté
politique commune aux deux pays. Jeudi dernier, à Imperia (Ligurie), des
représentants français, italiens et monégasques étaient réunis pour lancer
une « alliance transfrontalière des Alpes du Sud ».

« Seul, nous ne pouvons pas forcément dégager des moyens conséquents »,
expliquait après cette réunion à France 3 Côte d’Azur Christian Estrosi, le
maire de Nice. « Le fait d’unir nos forces nous permettra de pouvoir mieux
financer des projets, avec des calendriers très précis. »

Christian Estrosi a cité l’exemple de la modernisation en cours de la ligne
ferroviaire Gênes-Vintimille, qui mettra bientôt la capitale ligure à 1h10
de la frontière française, où il faut actuellement changer de train. L’un
des objectifs concrets de cette alliance transfrontalière sera de faire
valider une requalification des 25 km de voies entre Vintimille et la
grande gare en construction près de l’aéroport de Nice pour mettre Gênes à
1h20 de cet aéroport international.

Source : France 3 Côte d’Azur

Catégories :

Aucune réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *